Education : les bases

Ecrit par groingroin | Dans Bases de l'éducation | Le 30-07-2010

    Surtout, ne sautez pas ce chapitre en pensant qu’il n’est pas pour vous. C’est, en effet, par l’éducation, l’apprentissage que vous arriverez à stimuler votre cochon et à éviter qu’il développe de mauvais comportements (comportement agressif ou destructeur) tout simplement parce qu’il s’ennuie. Il y a quelques erreurs de base à ne pas commettre.

    Lui apprendre à pousser une balle par exemple, est, je vous l’accorde, un peu ridicule. Mais il faut voir cela comme un exercice stimulant son attention, son intelligence et vous place de facon positive comme le donneur d’instruction avec récompense alimentaire : vous deviendrez donc son dieu vivant ! Il vous respectera et vous aimera d’autant plus.

    Principes de base

    L’éducation d’un cochon est un ensemble et aucune éducation ou apprentissage n’est possible si vous ne respectez pas certains principes de bases développés ci-dessous : 1 instaurer une hierarchie , 2 Méthode d’éducation par la récompense uniquement, 3 Persistance et constance , 4 Stimulation , 5 Affection et confiance , 6 Un cochon reste un cochon , 7 La routine

    Il est important de comprendre comment se comporte le cochon dans son milieu naturel (voir le chapitre « comportement »  afin de se mettre dans les meilleures conditions pour l’éduquer).


    1) Instaure un hierarchie

    Le cochon a besoin de trouver sa place au sein de son groupe et il faut absolument qu’il n’ait pas de doute au sujet de cette place, sinon il essayera toujours de grimper un échelon dans l’ordre social du groupe. Si son supérieur direct (vous) montre des signes de faiblesse, il rentrera en compétition avec celui-ci afin de prendre sa place. Il ne le respectera plus et donc sera réfractaire envers ses directives. Il pourra même finir par devenir agressif envers vos invités (dans un premier temps), et envers votre famille et vous-même (dans un second temps). (Les invités d’abord car ce sont des personnes extérieures au groupe, qui n’ont pas de place définie au sein de celui ci).

    Il sera agressif car pour lui vous êtes devenu celui qui suit et pas celui qui mène. Du coup, il vous menacera dès que vous l’empêcherez de faire ce qu’il a envie de faire.
    Par contre, s’il n’a aucun doute au sujet de sa place et est persuadé de son statut de dominé par rapport aux hommes, alors il se sentira en sécurité, sera serin et sera ravi de faire ce que vous lui demanderez de faire.

    Asseoir sa place d’individu alpha (individu en charge de la harde (du groupe)) est un travail de tous les jours. Ne jamais céder à ses caprices, pleurnichages est une façon d’affirmer « sa supériorité ».

    Ne jamais laisser passer un mauvais comportement par laxisme ou par manque de temps.

    Ne pas l’enjamber, car un cochon dominé laisse passer un dominant. (Les cochons communiquent beaucoup par la posture et le langage du corps).

    Toujours se tenir droit et grand, le regarder dans les yeux lorsqu’on s’adresse à lui pour lui donner une instruction.

    Toujours avoir le contrôle de la distribution de nourriture, ne jamais rien lui donner en dehors de ses repas s’il n’a pas gagné sa friandise.


    2) Méthodes d’apprentissage et d’éducation par renforcement des attitudes positives (La carotte sans le bâton…)

    Le cochon qui vit chez vous ne sait pas d’instinct ce qui est autorisé ou non. Vous devez lui apprendre vos règles, et ce, dès les premiers jours. Pour ce faire, vous devrez lui fixer des limites, et vous y tenir. C’est l’éducation que vous lui donnerez qui façonnera sa personnalité. Et éduquer un cochon est une expérience à part !

    Les cochons ne savent pas d’instinct que l’ouverture du courrier n’est pas de leur ressort !

    Il y a vrai consensus à ce sujet aux US. Tous les documents que  nous avons lus, conseils qu’on nous a prodigués ou sources d’information s qu’on a trouvées se recoupent sur un point : Il faut récompenser les cochons pour leurs bonnes actions mais en aucun cas les punir pour les mauvaises. (Il y a des méthodes pour corriger les mauvaises actions, mais ce ne sont pas des punitions à proprement parler). Nous avons eu beaucoup de mal à adhérer à ce concept au départ car on avait jusqu’ici  éduqué tous nos autres animaux en récompensant leurs bonnes actions ou attitudes et en punissant les mauvaises et les bêtises. Mais on a du se rendre à l’évidence : avec les cochons, ça ne marche pas. Vraiment. Et on peut même faire de graves erreurs en utilisant la punition. On a pu le constater sur nos propres cochons. La punition ne sert à rien et au contraire elle renforcerait plutôt les mauvaises actions !

    Mais attention, cela n’empêche en rien la fermeté, et l’autorité dont le cochon a besoin.

    En cas de bêtises, il faut indiquer fermement à votre animal que vous n’êtes pas d’accord par un « Non » ferme et prononcé d’une voix grave et ensuite le détourner de sa bêtise, pour l’amener à faire quelques chose de positif. L’appeler vers vous par exemple et lui donner un jouet.

    Les cris, les claques sur les fesses, les pulvérisations d’eau sont à bannir. Cela empêche au cochon de réaliser qu’il est en train de commettre une mauvaise action car les punitions le stressent et développent de la colère en lui (et de la frustration car il ne comprend pas pourquoi vous le tapez ou criez dessus).

    Alors que si vous lui dites « non » fermement et à chaque fois qu’il monte sur le canapé, il va comprendre calmement que monter sur le canapé est interdit. Ce sera beaucoup plus efficace à long terme.

    Votre cochon doit absolument avoir une expérience positive liée à chaque chose que vous lui apprenez. Par exemple si vous le récompensez à chaque fois qu’il revient vers vous quand vous l’appelez, (quand il répond de suite) il n’y a aucune raison pour qu’il ne revienne pas instantanément si vous l’appelez pour lui éviter de faire une bêtise ou s’il se dirigeait vers un endroit dangereux. Il faut qu’il ait plus envie de la récompense à laquelle il s’attend que de poursuivre ce qu’il était en train de faire.


    3) Persistance et constance : les clés de la réussite

    Si vous voulez que l’éducation de votre cochon soit une réussite et que la cohabitation soit harmonieuse, vous devez absolument être constant dans vos réactions, prévisible et surtout ne jamais céder sur rien. Votre animal vous respectera pour cela et donc acceptera vos instructions. Votre place au sein de l’échelle hiérarchique ne doit jamais être remise en cause. Sans quoi votre animal cherchera à prendre cette place et donc ne vous écoutera plus du tout et pourra monter des signes d’agressivité.

    Il est assez facile d’éduquer un cochon à faire quelque chose mais beaucoup plus difficile de le rééduquer s’il a pris de mauvaises habitudes. C’est pour cela qu’il faut toujours être constant et ne jamais céder, et ce, même s’il est bébé. Un bébé cochon de deux mois peut vous manipuler. (Comme crier par exemple afin que vous lui donniez de la nourriture)

    Ce qui lui sera permis rien qu’une fois, restera gravé dans sa mémoire pour longtemps.  Surtout si ça implique de la nourriture !

    Il faut absolument que tous les membres de votre famille agissent de la même façon avec votre cochon. Votre mari ne peut pas lui permettre de monter sur le fauteuil si vous, vous lui interdisez. En règle générale, les enfants de moins de cinq ans ne doivent pas donner de nourriture au cochon car celui-ci aura vite fait d’essayer de les brusquer pour en avoir plus et plus vite et finira par se rendre compte qu’il peut manipuler les enfants…

    Bisou entre Nathan et Rose sous la surveillance des parents.

    Ne pas laisser seuls enfants et cochons pour que ces derniers n’apprennent jamais qu’ils peuvent avoir le dessus !


    4) Stimulation

    L’expression « l’ennui est la mère de tous les vices » est particulièrement vraie en ce qui concerne les cochons.

    Plus les cochons vieillissent plus ils deviennent fainéants et sont difficiles à motiver. C’est donc important de constamment les stimuler.

    Au risque de me contredire, surprendre son animal par des récompenses variées et faire qu’il ne sache pas à quel type de friandise il va avoir droit est un bon moyen de le stimuler.

    S’il ne sait pas à quoi s’attendre, une vraie bonne grande gratouille de ventre de plus de cinq minutes, un morceau de pomme ou un bout de camembert (les cochons adorent le fromage mais c’est à garder pour les grandes occasions) il ne sera que plus motivé pour effectuer ce que vous lui demanderez.

    Les emmener à l’extérieur, les promener dans la rue, en forêt ou les emmener chez des amis, cultivent leur intérêt pour le monde extérieur. Ils se sentent alors plus à l’aise face au monde extérieur et réagissent mieux lorsqu’ils sont confrontés à des situations nouvelles !

    Marge et Rosalie en balade avec Séverine et Marylou


    5) Affection et confiance

    Autant il faut être ferme dans l’éducation d’un cochon, autant il faut lui donner de l’affection afin qu’il soit heureux. Un cochon domestique est un animal qu’on a séparé des ses congénères et il est important de lui montrer qu’on l’aime.

    Chloé en pleine séance de gratouilles de bidon

    Les cochons adorent faire des siestes sur nos genoux, recevoir des gratouilles sur le ventre et les oreilles et qu’on leur parle. C’est très important pour eux.

    Tirelire en flag de petite sieste avec son « papa » ?!…

    Selon la personnalité de votre animal, il recherchera plus ou moins votre affection. Mais ce n’est pas parce que votre cochon n’est pas spécialement câlin qu’il ne vous aime pas. J’ai lu plusieurs histoires racontant comment des cochons très indépendants par rapport aux humains dans leur vie de tous les jours sont devenus dépressifs lorsqu’ils ont du être séparés de leur première famille d’adoption (certains d’entre eux se sont même laisser mourir).

    Rose en pleine sieste avec les autres membres de sa « harde »…

    L’affection permet à votre cochon de vous donner sa confiance car il vous voit comme un donneur de gratouilles et de câlins. Or il n’y a pas d’éducation ou d’apprentissage possible si votre animal ne vous fait pas confiance. Le cochon ne donne pas sa confiance comme un chien pourrait le faire. Il faut la gagner et veiller à ne pas la trahir en le surprenant. (Comme par exemple lui parler gentiment pour l’amadouer et dans le but de l’attraper d’un coup parce que vous êtes pressé ! Mieux vaut perdre quelques minutes à ce qu’il vienne vers vous tout seul, plutôt que de le prendre par surprise. Car il se méfiera de vous la prochaine fois que vous essayerez de l’amadouer et vous ne ferez que ralentir le processus d’apprentissage.)


    6) Un cochon doit rester un cochon

    Un cochon ne sera pas un bon animal de compagnie si on l’empêche de vaquer à ses occupations quotidiennes de cochon. Il faut donc le laisser fouiller le sol, explorer à l’aide de son groin des feuillages, branchages, jouer (à la manière d’un cochon), brouter de l’herbe, et ce, tous les jours si on veut qu’il soit calme et bien dans sa peau une fois à la maison.

    C’est comme un chien qu’on emmène courir pour qu’il se dépense.

    Votre cochon fouille votre tapis ou vtre moquette et l’abîme ? Ne le punissez pas. Il ne fait que répondre à ses instincts naturels.  Dites-lui « non » et dirigez le vers son « bac surprise » : Un bac rempli de cailloux ou boules plastique dans lequel on verse quelques friandises afin que le cochon s’amuse à retourner chaque boule ou pierre. Et il passera une demi-heure le groin dedans plutôt que de s’attaquer à votre tapis !

    Zorro dans ses boules…

    Si votre cochon n’a pas accès à un jardin ou à l’extérieur pour satisfaire ses instincts de cochon, il finira par explorer à sa façon votre maison et attention aux dégâts !

    Laissez votre animal avoir le groin sale lorsqu’il est dehors, se rouler dans la boue en été (pour se rafraîchir), grincer des dents (une spécialité cochonnesque !) Et déchirer des papiers ou cartons….

    Anneau dans le nez ?

    Pour éviter les trous, certaines personnes ont recourt à la pose d’un anneau dans groin du cochon. C’est une mauvaise idée ! En effet, les cochons apprennent très vite à creuser avec le coté du groin et les trous sont aussi nombreux et profonds qu’avant.. L’anneau ne change rien… De plus, la pose de l’anneau est douloureuse. Si elle est pratiquée, cela doit être fait par votre vétérinaire et sous anesthésie ! Il ne faut pas sous estimer les risques d’infections, et problèmes de santé que cela peut engendrer. La pose d’un anneau est cruelle car elle empêche au cochon de se consacrer à son activité favorite, l’exploration à l’aide de son groin…

    Pourquoi prendre un cochon comme animal de compagnie si on ne veut pas qu’il se comporte comme tel ?


    7) La Routine

    Les cochons aiment la routine. Il faut donc s’efforcer (dans la mesure du possible) de leurs donner leurs repas  aux même heures chaque jour, de programmer leurs séances d’apprentissage, leurs sorties, aux même heures… Cela les rassure et calme leur coté anxieux.